logo

Tout va trop vite ! La résonance.

LA RESONANCE.

Hartmut Rosa, son nom ne vous dit peut-être rien, il est pourtant l’un des grands penseurs de notre époque avec sa réflexion cruciale sur un phénomène tout contemporain… On lui doit une des réflexions majeures sur notre époque, ce qui est aussi une plainte largement partagée, fréquente, parfois elle-même fatigante : l’accélération du monde, OU l’affirmation selon laquelle tout va plus vite, et trop vite. 

C’est en 2005 que Hartmut Rosa fait paraître Accélération, une critique sociale du temps, s’inscrivant outre-Rhin dans la voie ouverte par le philosophe français, Paul Virilio, sur la vitesse. Avec ces deux penseurs, le constat de l’accélération ne relève plus seulement de l’impression ou de la psychologie, mais trouve une assise philosophique et sociologique : tout va plus vite, vous ne vous trompez pas, il y a bien un phénomène d’accroissement et de dérèglement entre nous et le monde, entre nous et nous-même.

« Le temps est hors de ses gonds »

Comment faire face au « temps qui est hors de ses gonds », pour reprendre le mot d’Hamlet dans la pièce de Shakespeare ? En a-t-on le pouvoir, la capacité, la force ? La réponse se trouve précisément dans ce nouvel essai de Hartmut Rosa : Résonance. La résonance, ou la solution au problème de l’accélération, comme l’annonce la toute 1ère phrase et thèse de ce livre.

Mais que faut-il entendre par « résonance » ? Pourquoi résonner serait-il le remède à l’accélération du monde ? Comment adopter cette attitude de la résonance ? Est-ce une seule théorie, une éthique qui se cultive et se pratique, ou encore un manuel que l’on doit à un philosophe soucieux de sortir de la pure abstraction ?

Eh bien, encore une fois : la réponse se trouve ici, en quelques 526 pages. Soit loin des ouvrages de développement personnel et leurs recettes miracles en 2-3 “trucs”. De manière générale, ne vous attendez à rien de ce que l’on entend sur l’accélération et ses remèdes. A l’image de ce terme de « résonance », les analyses et les exemples de Rosa n’ont rien de ce qu’on lit pour contrer la course du monde. Non, 1ère idée inattendue, de Rosa : la résonance n’a rien à voir avec la décélération…

Vibrer avec le monde

Non, la résonance n’a rien à voir avec la décélération (lever le pied, déconnecter, se replier) et elle n’a rien à voir non plus, et c’est la 2ème grande idée de Rosa, avec une critique de la modernité (comme on l’entend trop souvent). Mais alors qu’est-ce que résonner ? Eh bien, c’est tout simplement vibrer, pour employer un synonyme. Ce n’est plus s’étendre, mais s’entendre.

Rosa insiste ainsi sur la nature de notre relation au monde, dans le monde : respirer, manger, ne pas l’instrumentaliser, mais s’accorder avec lui, chanter, exacerber ce que les Modernes avaient aussi entrevu : la sensibilité de l’âme, l’importance des passions.

Ce faisant, s’accomplit une 3ème grande chose avec ce livre : nous parler de bonheur autrement, sans nous en dire quelles en sont les conditions, les ressources ou les moyens, mais à quoi il pourrait ressembler.

Extraits :

  • Tout s’accélère, documentaire de Gilles Vernet (2016)
  • Shakespeare, Hamlet, I, 5
  • Pink Floyd, Echoes
Agnès Verfaillie.

Leave a Reply